Réaction à l’arrestation d’un paramédic d’Urgences-santé

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

Réaction à l’arrestation d’un paramédic d’Urgences-santé

BROSSARD, le 6 juillet 2018 — La Corporation des Paramédics du Québec (CPQ) a pris connaissance de l’arrestation d’un paramédic travaillant à Urgences-santé. En effet, le mercredi 4 juillet, M. Sylvain Depairon, paramédic cumulant plusieurs années de service, a été mis en arrestation. Sa comparution a eu lieu le 5 juillet dernier.

Nous avons également été informés que l’intimé a été suspendu avec solde, le 3 juillet, en attente du dénouement des accusations portées à son égard. Nous apprécions que l’employeur ait pris les mesures nécessaires en retirant le paramédic de ses fonctions. Nous soulignons le travail du commissaire aux plaintes et la qualité du service dans le traitement des plaintes au quotidien. Toute la communauté paramédicale est interpellée et ébranlée par des accusations de cette nature, car elles s’opposent aux valeurs fondamentales qui habitent les paramédics du Québec et celles de notre association. Par principe, nous ne commenterons pas davantage les détails de ce dossier particulier.

Rappelons que la Loi sur les services préhospitaliers d’urgence (LSPU) prévoit, à l’article 67 alinéa 3, qu’un paramédic déclaré coupable d’un acte criminel relié à l’exercice des activités pour lesquelles il est inscrit au registre national de la main d’œuvre, peut être radié de façon temporaire ou permanente par un comité d’examen.

Les règles du registre national ne permettent pas le retrait du droit de pratique d’un paramédic sans déclaration de culpabilité. Par la suite, le comité d’examen doit déterminer, si les faits relatifs à la déclaration de culpabilité sont en lien avec l’emploi.

Ce comité d’examen est constitué seulement sur demande par la directrice médicale nationale et rarement composé des mêmes membres d’un comité à l’autre. Il n’est pas appuyé par les assises du Code des professions. Les décisions du comité sont rendues à huis clos et demeurent confidentielles pour le public.

Si les paramédics étaient intégrés au système professionnel, ils seraient tenus par un code de déontologie indépendant de la Chambre de justice criminelle et pénale. Le public serait mieux protégé et pourrait suivre les séances d’un comité de déontologie permanemment constitué. Ces décisions publiques pourraient être largement consultées. De plus, les membres du comité de déontologie seraient dûment formés et assermentés. Les assises juridiques seraient alors solides et délivrées sous le Code des professions.

« Nous sommes d’avis que la LSPU et le registre national démontrent des mesures insuffisantes quant à la protection du public et nous réitérons l’impérativité d’un ordre professionnel pour les paramédics afin de protéger le public », mentionne M. Patrick Dufresne, président de la CPQ.

 

À propos de la Corporation des Paramédics du Québec

Fondée en 2015, la CPQ veut assurer la protection du public. À cet effet, elle désire encadrer l’exercice de la profession, soutenir le développement des compétences des paramédics et favoriser la qualité des soins. Elle valorise également la profession de paramédic dans l’intérêt du public.

 

– 30 –

 

Renseignements :

Monsieur Patrick Dufresne
Président du conseil d’administration
438 238-3011, poste 1
communications@paramedic.quebec

https://www.paramedic.quebec/wp-content/uploads/2018/07/20180706-Communiqué-Réaction-à-larrestation-dun-TAP-dUS.pdf

20180706 - Communiqué - Réaction à l'arrestation d'un TAP d'US

Réaction à l’annonce du projet pilote de transport héliporté – les paramédics, exclus et cloués au sol

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

Réaction à l’annonce du projet pilote de transport héliporté
– les paramédics, exclus et cloués au sol

BROSSARD, le 22 juin 2018 — La Corporation des Paramédics du Québec accueille favorablement le projet pilote de transport héliporté annoncé ce matin par le ministre Gaétan Barrette en collaboration avec Airmedic. C’est sans contredit une belle avancée dans les soins préhospitaliers pour la population québécoise.

Toutefois, nous déplorons que les compétences et les soins professionnels des paramédics n’aient pas été retenus pour ce projet pilote. Normalement, des paramédics accompagnent les membres qui utilisent le service de transport héliporté d’Airmedic en plus des autres professionnels de la santé tels que des infirmières, inhalothérapeutes ou médecins. Or, le projet pilote annoncé par le Ministère de la Santé et des Services sociaux n’impliquera que des professionnels de la santé reconnus par les lois.

« Ailleurs au Canada, les transports héliportés font partie des opérations quotidiennes des soins de santé. De plus, les paramédics à bord de ces hélicoptères-ambulances ont suivi une formation de soins critiques afin d’offrir plus d’actes médicaux » mentionne Patrick Dufresne, président de la Corporation des Paramédics du Québec.

Dans les autres provinces canadiennes, ces équipes spécialisées interviennent notamment pour des transferts interhospitaliers, des interventions en région éloignée ou pour polytraumatisme qui nécessitent une chirurgie le plus rapidement possible.

« Nous sommes étonnés que notre expertise dans les évacuations de bénéficiaires et  nos compétences dans les soins préhospitaliers aient été mises de côté pour ce projet pilote. Il aurait justement été intéressant de connaître les bénéfices et les coûts réels de ce service » soulève M. Dufresne.

La Corporation des Paramédics du Québec souhaite la création d’un ordre professionnel pour mieux reconnaître le champ de pratique des paramédics québécois en plus de protéger convenablement le public. En ayant un ordre professionnel, cela favoriserait également la collaboration entre les différents professionnels de la santé, et ce, au bénéfice de la population.

 

À propos de la Corporation des Paramédics du Québec

Fondée en 2015, la Corporation des Paramédics du Québec (CPQ) veut assurer la protection du public. À cet effet, la Corporation désire encadrer l’exercice de la profession, soutenir le développement des compétences des paramédics et favoriser la qualité des soins. Elle valorise également la profession de paramédic dans l’intérêt du public.

 

– 30 –

 

Renseignements :
Monsieur Patrick Dufresne
Président du conseil d’administration
438 238-3011, poste 1
communications@paramedic.quebec

https://www.paramedic.quebec/wp-content/uploads/2018/06/2018-06-22_Annonce-services-heliportés.pdf

2018-06-22_Annonce-services-heliportés
CSA

Nouvelle norme de l’Association canadienne de normalisation pour répondre aux besoins en santé et sécurité psychologiques de la communauté des paramédics – Une première au Canada

TORONTO, le 26 avril 2018 /CNW/ – Première du genre au Canada, une nouvelle norme en santé et sécurité psychologiques a été lancée pour répondre aux besoins précis des organismes de services paramédicaux – qui regroupent des travailleurs dont la contribution est essentielle à notre système de santé et parmi lesquels les taux de prévalence des maladies mentales sont les plus élevés au pays. L’honorable Kevin Daniel Flynn, ministre du Travail de l’Ontario, a annoncé l’adoption de la nouvelle Norme plus tôt ce matin, au quartier général des paramédicaux de la région d’Halton.

Les travailleurs des services paramédicaux affrontent quotidiennement des enjeux de santé et de sécurité uniques tels que le travail par quarts et les journées de travail prolongées, les périodes marquées par un grand stress psychologique ou des traumatismes, l’exposition à des maladies infectieuses ou contagieuses, ainsi que des milieux de travail exigeants, notamment des situations de violence, d’incendie ou d’explosion. Tous ces enjeux peuvent avoir une incidence sur leur santé et leur bien-être. Voilà un autre argument en faveur de l’élaboration de la Norme.

La Norme, commandée par l’Association des Paramédics du Canada (APC), élaborée par l’Association canadienne de normalisation (Groupe CSA), et financée par le Programme d’innovation pour la prévention, la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, offre une orientation sectorielle précise pour la création et la préservation d’un milieu de travail sain et sécuritaire sur le plan psychologique. Plus précisément, elle aide les travailleurs paramédicaux et leurs employeurs à :

  • Faire de la sensibilisation relativement à la stigmatisation, l’auto-stigmatisation et le harcèlement liés aux maladies mentales;
  • Déterminer systématiquement les sources de stress et les risques psychologiques;
  • Examiner les changements et les mesures de lutte à mettre en application pour contrer ces risques.

La Norme repose sur les pratiques exemplaires et les travaux de recherche de pointe, ainsi que sur les principaux conseils et concepts de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail, élaborée en 2013, sous la direction de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) et en collaboration avec le Bureau de normalisation du Québec et le Groupe CSA.

Cette Norme souple, unique et ciblée fait de l’Ontario un chef de file dans le domaine de la santé mentale et du mieux-être des premiers intervenants au Canada, comme à l’étranger.

Vous pouvez télécharger la Norme gratuitement ici : www.csagroup.org/paramedic-standard/.

Faits en bref

  • Il y a plus de 40 000 paramédicaux au Canada.1
  • Le diagnostic de troubles mentaux parmi le personnel du domaine de la sécurité publique est quatre fois plus élevé que celui de la population générale. Les paramédicaux, en particulier, sont plus susceptibles de vivre tous les types de troubles mentaux, excepté le trouble d’usage d’alcool, que certains employés d’autres domaines de la sécurité publique.2
  • Des recherches de la CSMC3 ont révélé que :
    • La maladie mentale est la principale cause d’invalidité au Canada, représentant près de 30 p. 100 des sinistres d’invalidité et 70 p. 100 des montants totaux.
    • Sur les 51 milliards de dollars du coût économiques attribué chaque année aux maladies mentales au Canada, une somme vertigineuse de 20 milliards découle de pertes en milieu de travail.
    • En améliorant la gestion de la santé mentale en milieu de travail, il est possible de réduire les pertes de productivité de près de 30 p. 100.
  • La Norme sur la santé et la sécurité psychologiques dans les organismes de services paramédics CSA Z1003.1, est financée par le Programme d’innovation pour la prévention, la santé et la sécurité au travail du gouvernement de l’Ontario.

Citations
« L’Association des Paramédics du Canada est heureuse de participer à cette importante initiative au profit de la communauté des paramédicaux. Au Canada, la communauté des paramédicaux est confrontée à des défis de taille en santé mentale. La Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques dans les organismes de services paramédics favorise le maintien d’une bonne santé mentale ainsi que le traitement des maladies mentales. Cette Norme nationale d’application volontaire reconnaît que les individus ainsi que les organisations ont une mission positive. Nous remercions M. Flynn, ministre du Travail de l’Ontario, ainsi que le Programme d’innovation pour la prévention, la santé et la sécurité au travail de l’Ontario pour leur appui dans le cadre de ce travail d’envergure. »
 Pierre Poirier, directeur général, Association des Paramédics du Canada

« Le Groupe CSA est heureux de collaborer avec les communautés de la santé mentale et les paramédicaux sur cette Norme fondamentale. Grâce à notre approche consensuelle d’élaboration de normes reconnue, cette nouvelle norme sur la santé et la sécurité psychologiques intègre les pratiques exemplaires, les données probantes existantes ainsi que les points de vue d’une vaste gamme d’intervenants. Ce faisant, elle vise à proposer à la communauté des paramédicaux des solutions pratiques et applicables capables de soutenir leur santé mentale et leur bien-être. En fin de compte, l’objectif est de donner aux organismes de services paramédicaux les bons outils, afin qu’ils puissent assumer leur rôle très important au sein de notre système d’intervention d’urgence. »
 Mary Cianchetti, présidente des normes, Groupe CSA

« Aujourd’hui marque une étape importante dans le cheminement pour une meilleure santé et sécurité psychologiques en milieu de travail, particulièrement pour les organismes de services paramédicaux. Depuis son lancement il y a cinq ans, la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail (la Norme) a été mise en œuvre par des centaines d’organisations au pays, à l’échelle de différents secteurs et industries. Je suis si heureuse de voir la communauté des paramédicaux adapter la Norme à leurs besoins précis, participer au processus et guider sa mise en œuvre. »
 Louise Bradley, présidente-directrice générale de la Commission de la santé mentale du Canada

Références
1 Association des Paramédics du Canada, délégation devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale, 2016, tiré du site Web : http://www.noscommunes.ca/DocumentViewer/fr/42-1/SECU/reunion-15/temoignages
2 Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique, « Les symptômes du trouble mental chez le personnel de la sécurité publique au Canada« , Revue canadienne de psychiatrie, 2018, Vol. 63(1) 54-64
3 Commission de la santé mentale du Canada, Projet de recherche sous forme d’étude de cas, 2015, tiré du document : http://www.mentalhealthcommission.ca/sites/default/files/2017-03/case_study_research_project_findings_2017_fr.pdf

SOURCE Groupe CSA

Renseignements : Association des paramédics du Canada, Pierre Poirier, directeur général, 613 836-6581 | executive.director@paramedic.ca ; Groupe CSA, David Korvah, gestionnaire du service de marketing, (216) 524-4990 | david.korvah@csagroup.org ; Commission de la santé mentale du Canada, Hélène Côté, conseillère principale, Affaires publiques, 613 857-0840 | media@mentalhealthcommission.ca

Récipiendaire québécois d’un Prix d’excellence des paramédics du Canada

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

Prix d’excellence des paramédics du Canada 2018 :
Un récipiendaire québécois

BROSSARD, le 21 mars 2018 Nous dévoilons aujourd’hui qu’une des candidatures que nous avons soumises au comité national pour les Prix d’excellence de l’Association des paramédics du Canada a été choisie parmi plusieurs candidats au pays.

Le programme annuel de récompense de l’Association des paramédics du Canada (APC) reconnaît les personnes exceptionnelles qui font preuve du plus haut niveau d’engagement, de dévouement et de service envers la profession paramédicale au Canada. Nous sommes très heureux d’annoncer que M. Olivier Roussin, paramédic chevronné et propriétaire des Ambulances Saint-Gabriel, qui nous a été soumis par Mathieu Duranceau, a été sélectionné par le comité de sélection afin de recevoir le Prix d’excellence pour l’innovation et la recherche 2018 de l’Association des paramédics du Canada.

Le prix d’excellence pour l’innovation et la recherche devrait reconnaître ceux qui ont apporté une contribution exceptionnelle dans le domaine de la recherche, de l’innovation ou ont résolu un problème ou exploité une opportunité qui a permis d’améliorer le domaine paramédical, le système ambulancier, la sécurité des paramédics ou d’élargir le rôle non traditionnel des paramédics. La « recherche » peut inclure les sciences naturelles et appliquées, les sciences sociales, les sciences humaines ou une discipline connexe. « L’innovation » peut impliquer de la technologie ou du matériel, mais peut également inclure des approches ou des techniques novatrices.

Le prix sera décerné lors de la cérémonie de remise des prix de l’APC qui aura lieu à Ottawa, au Delta City Centre, le 28 avril à 18h.

En notre nom et de celui de l’Association des paramédics du Canada, nous félicitons le récipiendaire pour avoir été choisi pour ce prix parmi un groupe de candidats exceptionnels.

À propos de la Corporation des Paramédics du Québec
Fondée en 2015, la Corporation des Paramédics du Québec (CPQ) veut assurer la protection du public. À cet effet, la Corporation désire encadrer l’exercice de la profession, soutenir le développement des compétences des paramédics et favoriser la qualité des soins. Elle valorise également la profession de paramédic dans l’intérêt du public.

À propos de l’Association des paramédics du Canada
L’Association des paramédics du Canada (APC) regroupe plus de 20 000 paramédics d’un océan à l’autre. L’Association est une organisation nationale de praticiens préhospitaliers qui existe pour promouvoir la qualité et les soins professionnels aux patients grâce à des relations avec des organisations ayant des intérêts similaires. La protection du public et le développement de la profession dans l’intérêt public constituent son fondement.

– 30 –

Renseignements :
Monsieur Patrick Dufresne
Président du conseil d’administration
438 238-3011, poste 1
communications@paramedic.quebec

Olivier Roussin, récipiendaire 2018 du Prix d'excellence en innovation et recherche

Olivier Roussin, récipiendaire 2018 du Prix d’excellence en innovation et recherche

2018-03-21_Recipiendaire-quebecois-prix-excellence-paramedics-Canana

Annonce d’un partenariat avec la Banque Nationale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

 

 

BROSSARD, le 12 février 2018 C’est avec enthousiasme que nous annonçons notre entente de partenariat avec la Banque Nationale.

Afin de vous permettre de prendre soin de ceux qui comptent sur vous, la Banque Nationale vous propose une offre bancaire exclusive aux Paramédics!

Accédez à des privilèges uniques sur votre compte bancaire et vos solutions de financement et d’investissement. Obtenez des taux d’intérêt avantageux sur vos marges de crédit, hypothèques, et placements. Qu’il s’agisse de vos transactions courantes ou professionnelles, vos solutions bancaires seront en pleine santé!

  • Jusqu’à trois comptes bancaires, un nombre illimité de transaction.
  • Les cartes Platine MasterCardMD, pour voyager quand et où vous le voulez, sans contraintes et l’esprit en paix. Des solutions de financement à taux avantageux!
  • Des solutions de financement hypothécaire flexibles qui répondent à vos besoins spécifiques.
  • Des solutions de placement à conditions privilégiées.
  • Des outils indispensables pour l’entrepreneur en vous.

Pour plus d’information, visitez bnc.ca/specialiste-sante

À propos de la Banque Nationale du Canada
Forte d’un actif de 246 milliards de dollars au 31 octobre 2017, la Banque Nationale du Canada, avec ses filiales, est l’un des plus importants groupes financiers intégrés canadiens. Elle compte plus de 21 000 employés dans des fonctions à contenu élevé de savoir, et a été maintes fois primée pour ses qualités d’employeur et son engagement à l’égard de la diversité. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (TSX : NA). Suivez ses activités sur bnc.ca ou par l’entremise de réseaux sociaux comme FacebookLinkedIn et Twitter.

À propos de la Corporation des Paramédics du Québec
Fondée en 2015, la Corporation des Paramédics du Québec (CPQ) veut assurer la protection du public. À cet effet, la Corporation désire encadrer l’exercice de la profession, soutenir le développement des compétences des paramédics et favoriser la qualité des soins. Elle valorise également la profession de paramédic dans l’intérêt du public.

– 30 –

Renseignements :
Monsieur Patrick Dufresne
Président du conseil d’administration
438 238-3011, poste 1
communications@paramedic.quebec

Signature de l'entente

Signature de l’entente avec Mme Sylvie Coulombe, directrice du développement des partenariats professionnels

(DERNIER RAPPEL) Appel de candidatures – Programme de prix de l’excellence 2018

DATE LIMITE: 31 JANVIER 2018

L’Association des Paramédics du Canada a développé un programme de récompense afin de reconnaitre des paramédics canadiens d’exception et les partenaires du domaine préhospitalier au niveau national. La présentation des récompenses aura lieu durant l’édition 2018 des Paramédics sur la Colline à Ottawa.

Il y a quatre catégories de récompenses:

  • Paramédic de l’année
  • Prix ​​d’excellence en éducation et en formation
  • Prix ​​d’excellence pour l’innovation et la recherche
  • Prix ​​d’excellence pour le leadership et bâtisseur communautaire

La description et les critères de sélection sont ci-joints. Ils sont ouverts à tous les paramédics ou partenaires du domaine préhospitalier tel qu’indiqué dans chacune des récompenses. Chaque chapitre de l’APC transmettra une liste de candidats au comité national des récompenses pour être évalué.

Veuillez considérer de mettre en candidature des paramédics ou partenaires d’exception en remplissant le formulaire de candidature et de le soumettre à votre chapitre provincial, info@paramedic.quebec. Les candidatures seront acceptées jusqu’au 31 janvier 2018.

Liste de vérification pour les candidatures

  • Formulaire de candidature complété et signé par le proposant.
  • Une lettre structurée en paragraphe de 500 mots, décrivant pourquoi la personne candidate doit être considérée pour la récompense désignée.
  • Deux lettres de soutien provenant de personnes autres que le proposant, n’excédant pas 2 pages.
  • Jusqu’à 3 pages (OPTIONNEL) de points ou textes qui soulignent les faits saillants de la carrière du candidat. Sa formation, ses publications et ses récompenses peuvent être incluses pour enrichir la candidature. Une attention est portée au portrait global de la carrière du candidat.

Veuillez soumettre vos candidatures à votre chapitre provincial au plus tard le 31 janvier 2018.

Télécharger le formulaire de candidature (Français) (English)
Télécharger le document d’information (Français) (English)


Association des Paramédics du Canada – Paramédic de l’année

Le prix du Paramédic de l’année reconnaît un paramédic actif de première ligne qui a fait une contribution récente et considérable à la profession de paramédic. Plus précisément ;

  • Un service exceptionnel qui souligne et soulève le profil des paramédics ou de la paramédecine au niveau régional, national ou international.
  • Service exceptionnel à la profession de paramédic au Canada. Tel que, le perfectionnement de la profession paramédicale, l’amélioration du bien-être des paramédics, la promotion de l’héritage historique des paramédics canadiens ou la mémoire d’un paramédic passé ou décédé.
  • Service exceptionnel d’un paramédic lors d’une crise majeure ou d’un événement critique d’importance régionale, nationale ou internationale.

Le « service exceptionnel » peut inclure un large éventail d’activités, telles que la réponse ou la coordination des incidents de première ligne ; sensibilisation et communication au public ; engagement et soutien aux organisations paramédicales ; service bénévole auprès d’organismes, initiatives ou projets majeurs liés au paramédical ; la littérature, film ou d’autres publications paramédicales ; et beaucoup d’autres possibilités. Il faut souligner que les exemples fournis sont destinés uniquement à des balises générales et ne sont pas limités ou exhaustifs. Le « service exceptionnel » peut être fait à une (ou plusieurs) organisation paramédicale, à ​​une institution d’enseignement, dans les Forces canadiennes ou à toute forme d’organisation régionale, nationale ou internationale de catastrophe, de sauvetage ou d’aide humanitaire, à condition que la contribution représente à la fois le Canada et la profession de paramédic.

Le prix est destiné à reconnaître une contribution récente qui a été faite au cours des 2 dernières années, mais pourrait inclure un projet à long terme ou en cours qui a été achevé ou atteint une étape importante dans les 2 ans. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un prix de réussite d’une vie, le comité de sélection envisagera de considérer l’information qui pourrait aider à mettre l’accent sur l’importance des réalisations de l’individu. En raison de l’importance de cette récompense, elle devra être décernée à un paramédic qui a un dossier de service exemplaire.

  • Le récipiendaire peut être à temps plein, à temps partiel, bénévole, étudiant ou retraité.
  • Le récipiendaire doit être un « paramédic », tel que défini par les exigences académiques et professionnelles de chaque chapitre. (C.-à-d. PSP, PSA, etc.)
  • Le récipiendaire n’est pas requis d’être un membre actif d’un chapitre.
  • Bien que ce ne soit pas un prix commémoratif, à la discrétion du comité national des prix de l’APC, les nominations posthumes peuvent être considérées.

Association des Paramédics du Canada – Prix d’excellence en éducation et en formation

Le prix d’excellence en éducation et en formation reconnaît ceux qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la formation et à l’éducation dans le domaine de la paramédecine. Par exemple ;

  • Identifier et cogiter avec succès une formation, un besoin éducatif ou une déficience de longue date.
  • Dépasser constamment les attentes pour dispenser et/ou développer des programmes de formation paramédicale.
  • Établir un programme nouveau, novateur ou un modèle d’enseignement pour améliorer la formation paramédicale.

La candidature doit mettre en évidence la qualité spéciale ou exceptionnelle de l’initiative en formation ou en éducation, ce qui fait du candidat un aspirant au prix d’excellence de l’APC. Il faut souligner que les exemples fournis sont destinés uniquement à des balises générales et ne sont pas limités ou exhaustifs. La « contribution exceptionnelle » peut avoir été accomplie à une (ou plusieurs) organisation paramédicale, à ​​une institution d’enseignement, dans les Forces canadiennes ou à toute forme d’organisation régionale, nationale ou internationale qui contribue à l’avancement de la paramédecine ou de soins à l’extérieur d’un l’hôpital et qui a un lien avec le Canada et la paramédecine canadienne. Le comité de sélection examinera les autres réalisations en lien avec la paramédecine et les informations à l’appui qui pourraient aider à mettre l’accent sur l’importance de la contribution de l’individu à la paramédecine. En raison de l’importance de cette récompense, elle devra être décernée à un éducateur paramédical qui a un dossier de service exemplaire.

  • Le récipiendaire peut être à temps plein, à temps partiel, bénévole ou retraité.
  • Le récipiendaire doit être impliqué dans l’enseignement ou la formation des « paramédics » ou d’autres fournisseurs de soins médicaux désignés hors hôpital.
  • Le récipiendaire n’est pas requis d’être un paramédic en règle.
  • Le récipiendaire n’est pas requis d’être membre d’un chapitre.
  • Bien qu’il ne soit pas un prix de groupe, à la discrétion du comité national des prix de l’APC, celui-ci peut être attribué à un petit groupe ou à une équipe.
  • Les nominations posthumes ne sont pas acceptées pour ce prix. 

Association des Paramédics du Canada – Prix d’excellence pour l’innovation et la recherche

Le prix d’excellence pour l’innovation et la recherche devrait reconnaître ceux qui ont apporté une contribution exceptionnelle dans le domaine de la recherche, de l’innovation ou ont résolu un problème ou exploité une opportunité qui a permis d’améliorer le domaine paramédical, le système ambulancier, la sécurité des paramédics ou d’élargir le rôle non traditionnel des paramédics. La « recherche » peut inclure les sciences naturelles et appliquées, les sciences sociales, les sciences humaines ou une discipline connexe. « L’innovation » peut impliquer de la technologie ou du matériel, mais peut également inclure des approches ou des techniques novatrices. Les exemples peuvent inclure :

  • Atteindre l’excellence dans le développement d’une nouvelle technologie ou améliorée qui promet de parfaire la pratique des paramédics, la réponse du système ambulancier, la sécurité ou la prestation de soins par les paramédics.
  • Contribution significative à l’ensemble des connaissances directement liées au domaine de la paramédecine ou des soins médicaux hors hôpital.
  • Collaborer à l’échelle nationale ou internationale dans le cadre d’une initiative de recherche qui peut fournir des directives importantes aux systèmes ambulancier, aux politiques ou aux pratiques.
  • Élaborer un modèle pratique pour surmonter les barrières organisationnelles et améliorer l’interopérabilité des systèmes ambulanciers ou autres intervenants.
  • Mise en application de nouvelles technologies ou déjà existantes de manière innovante, pour améliorer la prestation des soins paramédicaux.
  • Mettre en place de nouvelles pratiques ou processus qui ont créé un impact positif sur la paramédecine au Canada.
  • Construire ou développer un nouveau système qui utilise les paramédics dans des rôles paramédicaux non traditionnels.

La candidature doit mettre en évidence la qualité spéciale ou exceptionnelle de la recherche ou de l’innovation, ce qui fait du candidat un aspirant au prix d’excellence de l’APC. Il faut souligner que les exemples fournis sont destinés uniquement à des balises générales et ne sont pas limités ou exhaustifs. La « contribution exceptionnelle » peut avoir être accomplie à une (ou plusieurs) organisation paramédicale, à ​​une institution d’enseignement, dans les Forces canadiennes ou à toute forme d’organisation régionale, nationale ou internationale de soins paramédicaux ou hors hôpital et qui a un lien avec le Canada et la paramédecine canadienne. Le comité de sélection examinera les autres réalisations paramédicales et les informations à l’appui qui pourraient aider à mettre l’accent sur l’importance de la contribution de l’individu à la paramédecine. En raison de l’importance de cette récompense, elle devra être décernée à un paramédic qui a un dossier de service exemplaire.

  • Le récipiendaire peut être à temps plein, à temps partiel, bénévole ou retraité.
  • Le récipiendaire n’est pas requis d’être un paramédic en règle.
  • Le récipiendaire n’est pas requis d’être membre d’un chapitre.
  • Bien qu’il ne soit pas un prix de groupe, à la discrétion du comité national des prix de l’APC, celui-ci peut être attribué à un petit groupe ou à une équipe.
  • Les nominations posthumes ne sont pas acceptées pour ce prix.

Association des Paramédics du Canada – Prix d’excellence pour le leadership et bâtisseur communautaire

Le prix pour le leadership et bâtisseur communautaire devrait reconnaître ceux qui se sont distingués en tant que leaders ou défenseurs exceptionnels du domaine de la paramédecine ; régionalement, nationalement ou internationalement. À titre d’exemple, cela peut inclure, mais peut ne pas être nécessairement limité à :

  • Gestion exemplaire et capacité de motiver, entrainant des améliorations significatives au sein d’une unité, d’un groupe ou d’une organisation ciblée de paramédics.
  • Démontrer un leadership exceptionnel lors d’une crise majeure ou d’un événement inattendu.
  • Plaider en faveur d’un changement ou d’une mise en œuvre réussie d’une nouvelle initiative ou d’une politique qui a permis d’améliorer la pratique ou la réponse des paramédics.
  • Inspirer ou répandre une culture d’excellence dans le domaine paramédical, ce qui a permis de renforcer la pratique, la sécurité et l’efficacité.
  • Atteinte de l’excellence dans le développement et la prestation de programmes de prévention de la santé ou des initiatives similaires visant à promouvoir la sécurité publique et à réduire le besoin des services ambulanciers.
  • Défendre une cause qui fait progresser le profil de la profession paramédicale grâce à des partenariats avec d’autres intervenants et organisations partenaires.
  • Leadership qui fait progresser l’utilisation des paramédics dans des rôles non traditionnels.

La candidature doit mettre en évidence la qualité spéciale ou exceptionnelle du leadership exercé par l’individu, ce qui fait du candidat un aspirant au prix d’excellence de l’APC. Il faut souligner que les exemples fournis sont destinés uniquement à des balises générales et ne sont pas limités ou exhaustifs. La « contribution exceptionnelle » peut avoir être accomplie à une (ou plusieurs) organisation paramédicale, à ​​une institution d’enseignement, dans les Forces canadiennes ou à toute forme d’organisation régionale, nationale ou internationale de soins paramédicaux ou hors hôpital et qui a un lien avec le Canada et la paramédecine canadienne. Le comité de sélection examinera les autres réalisations paramédicales et les informations à l’appui qui pourraient aider à mettre l’accent sur l’importance de la contribution de l’individu à la paramédecine. En raison de l’importance de cette récompense, elle devra être décernée à un paramédic leader qui a un dossier de service exemplaire.

  • Le récipiendaire peut être à temps plein, à temps partiel, bénévole ou retraité.
  • Le récipiendaire doit être un « paramédic », tel que défini par les exigences académiques et professionnelles de chaque chapitre. (C.-à-d. PSP, PSA, etc.), bien que des exceptions spéciales puissent être considérées à la discrétion du comité national des prix de l’APC.
  • Le récipiendaire n’est pas requis d’être membre d’un chapitre.
  • Bien qu’il ne soit pas un prix de groupe, à la discrétion du comité national des prix de l’APC, celui-ci peut être attribué à un petit groupe ou à une équipe.
  • Bien que ce ne soit pas un prix commémoratif, à la discrétion du comité national des prix de l’APC, les nominations posthumes peuvent être considérées.

REFONTE DU CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE: déceptions pour les paramédics

BROSSARD, le 27 décembre 2017 — Le 8 décembre dernier, le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, M. André Fortin, présentait son projet de loi modifiant le Code de la sécurité routière. Plusieurs mesures très favorables à la sécurité routière ont été annoncées. Cependant, plusieurs mesures auxquelles nous avons fait des représentations n’ont pas été retenues.

 

Voies réservées pour les véhicules d’urgence

Nous avons directement soumis au bureau du ministre, nos recommandations à l’effet de permettre aux véhicules d’urgence d’être en mesure d’utiliser les voies réservées lorsqu’ils ne circulent pas en mode urgent. Cette mesure permettrait un meilleur service à la population et plus de sécurité en permettant aux véhicules d’urgence de circuler plus adéquatement afin de répondre à des appels qui ne nécessitent pas d’utiliser la sirène et les gyrophares. Il en est de même pour le temps de déplacement requis afin de se rendre sur un point de service ou un point d’attente.

Les procédures d’appels dictent de plus en plus que les véhicules d’urgence se déplacent en mode non urgent. Cependant, lorsqu’une entrave majeure se présente, telles de la congestion ou des fermetures de route, cette même procédure demandera de poursuivre en mode urgent afin de répondre à des normes de temps de réponse pour un appel. Lorsque la sirène et les gyrophares sont utilisés, ceci augmente le niveau de stress du conducteur ainsi que de tous les autres conducteurs qu’il croisera. Cela augmente donc le risque d’accident.

L’Ontario fait figure de pionnier sur ce sujet en ayant adopté un projet de loi en 2007 (https://www.ontario.ca/laws/regulation/070556). C’est d’ailleurs sur cette province que le ministre s’est inspiré pour plusieurs des nouvelles règles de l’actuelle refonte.

 

Suivre de trop près un véhicule d’urgence

Lorsqu’un véhicule d’urgence circule dans une circulation dense, il indique sa présence par les signaux sonores et lumineux afin que les automobilistes lui cèdent le passage. Malencontreusement, plusieurs conducteurs téméraires vont profiter du passage ouvert par le véhicule d’urgence pour avancer dans la circulation.

Afin de s’assurer de profiter de l’opportunité, ils vont suivre de très près le véhicule d’urgence afin que d’autres véhicules ne tentent pas de reprendre la voie et ainsi perdre son opportunité. Ceci est surtout le cas pour les ambulances et les camions de pompiers, puisque les conducteurs sont bien au fait qu’un même geste effectué après le passage d’un véhicule de police pourrait être plus facilement punissable.

Cette manœuvre augmente grandement le risque d’accident puisque le conducteur doit apporter une attention accrue à l’arrière afin que son freinage ne cause pas une collision. Ceci détourne également son attention sur l’avant du véhicule ou d’autres risques sont présents.

 

Règles adoptées dans l’actuel projet de loi

Le projet de loi, tel qu’il a été présenté, renferme seulement 2 mesures concernant les véhicules d’urgence. Elles ne servent qu’à régulariser des pratiques déjà utilisées.

  • Permettre à un véhicule d’urgence d’effectuer un dépassement dans la voie inverse à l’approche ou dans une intersection, un tunnel ou un passage à niveau.
  • Permettre à ces véhicules de déroger à des limites de vitesse, dont celles qui sont déterminées par une municipalité, modifiées par le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports ou indiquées dans les zones de travaux routiers.

Nous comptons bien continuer nos représentations auprès du ministre afin de faire valoir le bien fondé de nos recommandations.

À propos de la Corporation des Paramédics du Québec

Fondée en 2015, la Corporation des Paramédics du Québec (CPQ) veut assurer la protection du public. À cet effet, la Corporation désire encadrer l’exercice de la profession, soutenir le développement des compétences des paramédics et favoriser la qualité des soins. Elle valorise également la profession de paramédic dans l’intérêt du public.

 

– 30 –

 

Renseignements :
Monsieur Patrick Dufresne
Président du conseil d’administration
438 238-3011, poste 1
communications@paramedic.quebec

Communiqué en format PDF

2017-12-27_Refonte-du-code-de-la-sécurité-routière

Paramédecine Au Canada Expo

Pour diffusion immédiate                                                          

  

Paramédecine Au Canada Expo

 

2017/08/17 – Des paramédics de partout au Canada et d’ailleurs dans le monde se réuniront dans la ville de Québec pour échanger et apprendre ensemble. Le Paramédecine Au Canada Expo (PACE) 2017 est conçu pour rassembler les paramédics de première ligne, les enseignants, les chercheurs, les régulateurs provinciaux ainsi que les dirigeants. Les participants pourront explorer la plus grande salle d’exposition sur la paramédecine et prendre connaissance des dernières technologies disponibles pour la profession.

Conférenciers principaux

Vendredi, 18 août à 9:00, Erik Sande, président, Services de santé Medavie; « Le futur de la paramédecine »

Samedi, 19 août, 9:00, Dr Lori Gray, Psychologue clinicienne, légiste et réhabilitation; « Devenir un paramédic résilient ».

Samedi 19 août, 15:45, Joël Lightbound, secrétaire parlementaire de la ministre fédérale de la Santé

Paramédecine Au Canada Expo a lieu dans la magnifique ville historique de Québec au Centre des congrès de Québec.


-30-


 Pour plus d’informations:

 

Patrick Dufresne, président et porte-parole pour le Québec
Cell: (514) 726-2770
president@paramedic.quebec

PACE2017

Réaction à l’annonce d’un nouveau service offert par le service d’incendie de la ville de Saint-Lazare

BROSSARD, le 26 mai 2017 — Le 18 mai dernier, la ville de Saint-Lazare annonçait la mise en service d’une unité de soutien technique (UST). Offert par le service d’incendie, l’UST permettra de mobiliser de façon sécuritaire et dans la dignité la clientèle préhospitalière bariatrique de 160 kg (360 lb) et plus, tout en étant en mesure de stabiliser des structures afin de sécuriser les usagers et les intervenants.

L’envers de la médaille

Nous sommes heureux que la ville de Saint-Lazare mette sur pied une telle initiative. Néanmoins, nous sommes convaincus que pour assurer le bien-être des patients, ce service devrait être fourni par des techniciens ambulanciers paramédics.

Du côté de Montréal et de Laval, ce service est offert par des paramédics spécialisés d’Urgences-santé, ce qui permet les avantages suivants :

  • Soins d’urgence: la formation de base d’un paramédic est composée de 2745 heures et permet de prévenir une détérioration de la condition clinique d’un usager jusqu’à sa prise en charge par un centre hospitalier. Ils peuvent donc conjointement participer à réduire la morbidité et la mortalité par différents actes.
  • Assurance-qualité : les paramédics sont soumis à un programme de surveillance de leurs activités cliniques. La grande majorité des gestes posés font l’objet de révision et de contrôle, ce qui assure un haut taux de conformité.
  • Sécurité des usagers et des intervenants : certaines techniques de travail sont spécifiques aux paramédics dans le déplacement des bénéficiaires. Ils ont également l’habitude de travailler conjointement et possèdent les mêmes équipements qu’une ambulance. Ce qui évite un risque d’incidents ou de blessures.

L’importance d’un ordre professionnel

Pour le moment, certains services d’incendie offrent ce service puisqu’ils ont les effectifs. Toutefois, la situation n’est pas optimale et cette spécialisation devrait être réservée aux services préhospitaliers d’urgence.

C’est pourquoi nous jugeons essentiel d’encadrer l’exercice de la profession de paramédic puisque le Règlement sur les activités professionnelles pouvant être exercées dans le cadre des services et soins préhospitaliers d’urgence ne prévoit pas ce genre de spécialisation.

Une réglementation couvrant toute spécialisation paramédicale pourrait être prévue dans le cadre de l’autorégulation des paramédics au Québec. Ainsi, le volet assurance et amélioration continue de la qualité de ces spécialisations demeurerait éventuellement dans l’expertise des services préhospitaliers d’urgence.

À propos de la Corporation des Paramédics du Québec

Fondée en 2015, la Corporation des Paramédics du Québec (CPQ) veut assurer la protection du public. À cet effet, la Corporation désire encadrer l’exercice de la profession, soutenir le développement des compétences des paramédics et favoriser la qualité des soins. Elle valorise également la profession de paramédic dans l’intérêt du public.

 

– 30 –

 

Renseignements :
Monsieur Patrick Dufresne
Président du conseil d’administration
438 238-3011, poste 1
communications@paramedic.quebec

Communiqué de presse – Réaction à l’annonce d’un nouveau service offert par le service d’incendie de la ville de Saint-Lazare