Articles

Canada

Nouveau soutien à la recherche sur les blessures de stress post-traumatique chez le personnel de la sécurité publique

Les Instituts de recherche en santé du Canada lancent un concours pour financer la recherche visant à traiter et à prévenir les blessures de stress post-traumatique chez les personnes qui assurent la sécurité de nos communautés

OTTAWA, le 26 juill. 2018 /CNW/ – Le gouvernement du Canada est déterminé à prendre soin de ceux qui risquent leur sécurité pour protéger ses communautés.

Le personnel de la sécurité publique canadien joue un rôle essentiel dans la sécurité de nos communautés et de notre nation. Les pompiers, les policiers, les ambulanciers paramédicaux, le personnel de recherche et sauvetage, les travailleurs des services correctionnels, les agents des services frontaliers, les analystes du renseignement, les bénévoles et d’autres agents de la sécurité publique travaillent dans des environnements dangereux, instables et traumatisants, ce qui peut avoir des répercussions importantes sur leur santé mentale et entraîner des problèmes psychologiques graves, appelés blessures de stress post-traumatique (BSPT).

Afin de favoriser la santé mentale du personnel de sécurité publique du Canada, l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, et l’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, ont annoncé aujourd’hui le lancement de subventions Catalyseur des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) pour la recherche sur les BSPT chez le personnel de la sécurité publique.

Cet investissement de 2,25 millions de dollars servira à financer un maximum de 15 projets de recherche visant à renforcer et à élargir la base de données dont nous aurons besoin pour orienter la création de politiques et de programmes qui améliorent le bien-être mental et la résilience du personnel de la sécurité publique. Les projets viseront à mieux comprendre, à détecter et à prévenir les BSPT chez le personnel de la sécurité publique, et à en atténuer les effets.

Citations

« Le gouvernement du Canada est extrêmement fier de soutenir les Canadiens qui assurent chaque jour la sécurité de nos communautés. Cette contribution à la recherche sur les BSPT aidera le personnel de la sécurité publique à obtenir les ressources et les traitements nécessaires pour vivre des vies saines et gratifiantes. »
— L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé

« Les membres du personnel de la sécurité publique mettent leur vie en danger pour assurer la sécurité de nos communautés. Aussi devons-nous en faire plus pour préserver leur santé mentale et leur bien-être mental. Je constate avec plaisir que les IRSC financent la recherche sur les BSPT afin d’améliorer notre compréhension de cette priorité cruciale et de veiller à ce que les agents de la sécurité publique partout au pays reçoivent l’aide dont ils ont besoin. »
— L’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

« Les blessures  de stress post-traumatique sont des affections complexes qui touchent le personnel de la sécurité publique de toutes les régions du Canada. L’annonce d’aujourd’hui est la première étape pour combler les lacunes dans les connaissances sur les BSPT chez ces groupes professionnels, et pour trouver des traitements qui offriront au personnel de la sécurité publique du Canada le soutien dont il a besoin. »
Michel Perron
Vice-président directeur, Instituts de recherche en santé du Canada

En bref

  • Les subventions Catalyseur sont des subventions à court terme conçues pour offrir un financement de démarrage destiné aux nouvelles perspectives de recherche; elles préparent le terrain pour des projets de recherche plus vastes et à plus long terme.
  • Les subventions Catalyseur ne sont que le début. Le budget de 2018 prévoit un investissement de 20 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir un nouveau consortium de recherche rassemblant les IRSC et l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique dans le but d’aborder le problème des BSPT chez le personnel de la sécurité publique.
  • Dans le cadre du budget de 2018, le gouvernement du Canada prévoit aussi un investissement de 10 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2018-2019, afin que Sécurité publique Canada collabore avec l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique pour mettre au point un projet pilote de thérapie cognitivo-comportementale en ligne et ainsi offrir aux agents de la sécurité publique un meilleur accès à des soins et traitements.
  • En juin, les IRSC ont lancé un concours de financement qui fournira un maximum de 4,32 millions de dollars provenant des Forces armées canadiennes et d’Anciens Combattants Canada à des chercheurs qui étudient l’efficacité et l’innocuité du cannabis comme traitement pour l’état de stress post-traumatique chez le personnel et les vétérans des Forces armées canadiennes.
  • Sécurité publique Canada (SP) continue de collaborer étroitement avec une diversité d’intervenants, y compris à tous les paliers de gouvernement, ainsi qu’avec d’autres ministères et des associations de premiers intervenants afin d’élaborer un plan d’action coordonné sur les blessures de stress post-traumatique pour soutenir les agents de la sécurité publique.

Liens connexes

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) savent que la recherche a le pouvoir de changer des vies. En tant qu’organisme fédéral chargé d’investir dans la recherche en santé, ils collaborent avec des partenaires et des chercheurs pour appuyer les découvertes et les innovations qui améliorent la santé de la population et le système de soins du Canada.

SOURCE Instituts de recherche en santé du Canada

Renseignements : Thierry Bélair, Cabinet de l’honorable Ginette Petitpas Taylor, Ministre de la Santé, 613-957-0200; Scott Bardsley, Cabinet de l’honorable Ralph Goodale, Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, 613-991-0657; Relations avec les médias, Instituts de recherche en santé du Canada, 613-941-4563, relationsaveclesmedias@cihr-irsc.gc.ca

Liens Connexes

http://www.cihr-irsc.gc.ca

C-211 pièce défi

Le projet de loi C-211 est adopté sans amendement

BONNE NOUVELLE!
 
Le projet de loi C-211 a passé toutes les étapes du Senate of Canada – Sénat du Canada sans aucun amendement et pourra recevoir prochainement la sanction royale afin de devenir une loi.
 
 
Nous désirons souligner les efforts de tous les groupes qui ont soutenu ce projet de loi, mais surtout, remercier gracieusement Todd Doherty, MP d’avoir fait tous les efforts nécessaire pour que son projet de loi privé passe toutes les étapes nécessaire qui comme on le sait, sont très nombreuses.
 
Nous vous tiendrons informés de plus amples détails lorsque ceux-ci seront disponibles.
 
Félicitation à tous et enfin un lueur d’espoir pour tous ces intervenants d’urgences qui pourront profiter de ce programme à l’échelle national.
Canada

Le gouvernement fédéral investit dans la formation sur les traumatismes liés au stress post-traumatique

OTTAWA, le 25 janv. 2018 /CNW/ – Les agents de la sécurité publique jouent un rôle critique afin d’assurer la sécurité de nos collectivités face à diverses menaces, risquant leur vie pour nous protéger. Dans l’exercice de leurs fonctions au quotidien, les agents de la sécurité publique sont constamment exposés à des situations traumatisantes, ce qui les met à un risque accru de traumatismes liés au stress opérationnel, y compris les traumatismes liés au stress post-traumatique.

Aujourd’hui, l’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a annoncé un investissement de 187 000 dollars sur deux ans destiné à l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique à l’Université de Regina. L’Institut facilite la formation dans le cadre d’un programme mis en œuvre par les Forces armées canadiennes qui aidera à prévenir et à faire connaître les traumatismes liés au stress post-traumatique chez les agents de la sécurité publique de partout au Canada.

La première séance de cinq jours du programme de formation du formateur et de formation des instructeurs principaux intitulé En route vers la préparation mentale, qui est destiné au personnel de la sécurité publique, prendra fin vendredi au Collège canadien de police. Approximativement 25 dirigeants des trois services d’intervention d’urgence (les organismes policiers, de lutte contre les incendies, d’ambulanciers paramédicaux et de services correctionnels) participent à la formation.

Le programme En route vers la préparation mentale, mis au point par les Forces armées canadiennes, vise à accroître la sensibilisation à la santé mentale et à offrir des ressources pour maintenir une bonne santé mentale et accroître la résilience parmi les membres du personnel de la sécurité publique. En formant les dirigeants de la sécurité publique dans la mise en œuvre de ce programme, les participants peuvent eux-mêmes devenir des formateurs, en renseignant leurs collègues et les membres du personnel au sein de leur propre organisation. Une deuxième séance devrait avoir lieu plus tard dans l’année pour enseigner aux participants comment former d’autres formateurs. Dans le cadre de ce programme, un enseignement et des ressources essentiels sur les traumatismes liés au stress post-traumatique seront offerts aux agents de la sécurité publique canadienne de manière rapide et efficiente.

Favoriser la formation sur la santé mentale et la résilience pour le personnel de la sécurité publique fait partie de l’engagement du gouvernement de veiller à ce que les agents de la sécurité publique aient les outils dont ils ont besoin lorsqu’ils font face aux traumatismes liés au stress post-traumatique.

Citations
« Le personnel de la sécurité publique s’expose au danger pour protéger les Canadiens, ce qui accroît de façon disproportionnée le risque de traumatismes liés au stress post-traumatique. Nous devons en faire plus pour favoriser la santé mentale et le bien-être de ces personnes. Des investissements dans la formation comme le programme de formation En route vers la préparation mentale peuvent faire une vraie différence pour ceux qui font peut-être face à des traumatismes du genre. »

– L’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

« Le programme En route vers la préparation mentale, mis au point par les Forces armées canadiennes, offre à nos femmes et à nos hommes en uniforme une formation sur la résilience et favorise leur sensibilisation à la santé mentale. Le programme les aidera à gérer les situations exigeantes et stressantes qui peuvent être associées au service militaire. Nous sommes heureux que nos collègues de la sécurité publique puissent profiter du même excellent programme de formation que reçoivent nos militaires et nous sommes ravis de pouvoir aider en leur offrant directement cette formation. »

– L’honorable Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale

« Les recherches universitaires en santé mentale fondées sur les données probantes sont une priorité de recherche à l’Université de Regina et les membres de l’équipe qui participent à ce projet ont une renommée internationale pour leur travail qui appuie ceux qui souffrent des traumatismes liés au stress opérationnel, y compris le trouble de stress post-traumatique. Nous sommes honorés de participer à cette recherche qui vise à améliorer la qualité de vie des membres du personnel de la sécurité publique du Canada et de leur famille. »

Vianne Timmons (Ph. D.), présidente et vice-chancelière de l’Université de Regina

Faits en bref

  • Le programme En route vers la préparation mentale a initialement été mis au point par les Forces armées canadiennes pour le personnel militaire. Les Forces armées ont recueilli des preuves qui montrent que le programme est un outil important et efficace pour réduire les préjugés entourant la santé mentale, ainsi que promouvoir la santé mentale et la résilience dans le milieu de travail. Les Forces armées ont adapté le programme, avec l’aide de l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique, pour répondre aux besoins des employés et des gestionnaires dans les organismes de première intervention et d’autres organismes de sécurité publique.
  • Le gouvernement du Canada continue de travailler étroitement avec une vaste communauté d’intervenants, laquelle comprend tous les ordres de gouvernement, des dirigeants autochtones, des intervenants de la sécurité publique, des représentants du milieu universitaire, des professionnels de la santé mentale et des organismes à but non lucratif, afin d’élaborer un plan d’action coordonné sur les traumatismes liés au stress post-traumatique en appui aux agents de la sécurité publique.
  • Les résultats des deux tables rondes sur la question organisées par Sécurité publique en 2016 ont révélé la nécessité d’accroître le soutien national pour la recherche et la collecte de données; la prévention, l’intervention précoce et la réduction des préjugés; et le soutien pour les soins et le traitement.

Liens connexes

SOURCE Sécurité publique et Protection civile Canada

Renseignements : Scott Bardsley, Attaché de presse, Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, 613-998-5681, scott.bardsley@canada.ca ; Relations avec les médias, Sécurité publique Canada, 613-991-0657, media@ps-sp.gc.ca

Todd Doherty, MP

Le projet de loi sur le syndrome de stress post-traumatique passe au Parlement

Le projet de loi C-211 a passé une étape de plus afin d’offrir aux premiers intervenants, les anciens combattants et le personnel militaire touchés, des traitements spécifiques relié au syndrome de stress post-traumatique à travers le pays, puisqu’il a été adopté à la troisième lecture vendredi à la Chambre des communes.

Le projet de loi sera maintenant renvoyé au Sénat pour examen.

Le député de Cariboo-Prince George, Todd Doherty, a travaillé pour obtenir le projet de loi C-211, qui crée un cadre fédéral sur le SSPT qui comprendrait des solutions à long terme pour les personnes atteintes du SSPT, y compris les pratiques exemplaires, les données statistiques, la terminologie et l’éducation.

« À l’heure actuelle, il n’existe pas de stratégie fédérale-provinciale coordonnée qui élargirait la portée du soutien afin d’assurer des solutions à long terme pour les personnes souffrant de SSPT », a déclaré Doherty.

« Je tiens à remercier tous ceux qui nous ont appuyés, pour arriver là où nous sommes aujourd’hui ».

«Bien qu’il reste encore beaucoup à faire, il s’agit d’un pas dans la bonne direction afin de s’assurer que nos premiers intervenants, les anciens combattants et les militaires reçoivent les soins et l’attention dont ils ont besoin pour faire face au SSPT ».

Source: Prince George Citizen

Canada

Le ministre Goodale fait une déclaration relative à la réponse du gouvernement au Rapport du Comité permanent de la sécurité publique et nationale

Ottawa, le 1 février 2017 – L’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a fait aujourd’hui la déclaration suivante relativement au Cinquième rapport du Comité permanent de la sécurité publique et nationale intitulé Santé mentale et sécurités des collectivités : appuyer nos agents de sécurité publique à l’aide d’une stratégie nationale sur les blessures de stress opérationnel.

« Je me réjouis des conclusions du rapport et j’accepte les recommandations du Comité. Nous travaillerons en étroite collaboration avec les partenaires nationaux pour examiner les moyens de les mettre en œuvre.

Nous savons que les blessures de stress post-traumatique et autres blessures de stress opérationnel touchent de façon disproportionnée les agents de la sécurité publique – ceux qui travaillent sans relâche pour assurer la sécurité de nos collectivités.

J’ai été satisfait de constater que les résultats du rapport se rapprochent étroitement d’enjeux dont Sécurité publique Canada, ainsi que des partenaires dans l’ensemble du gouvernement, s’efforcent déjà de résoudre. Comme il est indiqué dans ma lettre de mandat, le gouvernement du Canada s’est engagé à élaborer un plan d’action concerté visant à soutenir les agents de la sécurité publique.

Le rapport comprend divers points de vue qui permettront d’orienter ces travaux en cours. Les commentaires des intervenants correspondent  aux observations et recommandations du Comité, y compris l’augmentation du soutien à la prévention et à l’intervention précoce; la recherche et la sensibilisation du public; la réduction de la stigmatisation et l’appui au diagnostic, soins et traitement. De plus, nous approuvons la recommandation figurant dans le rapport selon laquelle il est possible d’exploiter les occasions de coordonner les initiatives existantes et de s’appuyer sur celles-ci, comme le soutien par les pairs, la formation et les programmes de retour au travail.

Au nom du gouvernement du Canada, j’aimerais remercier le Comité permanent de la sécurité publique et  nationale pour son rapport exhaustif. Il s’agira d’une ressource précieuse au fur et à mesure que nous poursuivrons notre engagement visant à appuyer le bien-être et la résilience des agents de la sécurité publique du Canada. »

Suivez Sécurité publique Canada (@Securite_Canada) sur Twitter.

Pour plus de renseignements, veuillez consulter le site Web www.securitepublique.gc.ca.

Renseignements :

Scott Bardsley
Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
613-998-5681

Relations avec les médias
Sécurité publique Canada
(613) 991-0657