La protection du rôle des paramédics

Tout comme au Québec, le champs de pratique des paramédics n’est pas protéger. Les autorités de l’Australie travaillent sur un projet de loi en ce sens.

Protecting the role of paramedics
Government of South Australia, SA HEALTH
Traduction libre

Les paramédics sont des praticiens de la santé qui fournissent une réponse rapide et de l’évaluation médicale d’urgence, le traitement ou les soins dans un environnement pré-hospitalier ou communautaire.

Au cours des dernières années, la pratique paramédicale a changé dans ses objectifs d’un modèle de «traitement et transport» à un modèle de soins de santé plus moderne de « évaluer, traiter et référer de manière appropriée ». Ce changement dans la pratique impose une responsabilité accrue sur le praticien et pose un risque accru de préjudice pour le public.

La relation entre les personnes traitées par un paramédic et lui-même en est une de confiance. Un patient peut être inconscient ou pas apte pour prendre une décision éclairée lors du traitement, de sorte que le consentement consentir à un traitement n’est pas toujours possible. Le patient peut ne pas comprendre les interventions cliniques que le paramédic doit entreprendre pour le traiter, qui dans de nombreux cas, lui sauvera la vie. Ces facteurs soulignent le rôle de confiance que le patient doit avoir envers le paramédic dans les processus de prise de décision sur les interventions cliniques et de leur orientation vers les soins.

La pratique du paramédic n’est pas réglementée en Australie. En l’absence de réglementation, toute personne peut s’improviser paramédic et effectuer les tâches et les responsabilités généralement associés à la pratique indépendamment du fait qu’ils détiennent l’éducation et la formation afin de fournir le niveau de soins prévu nécessaire.

Alors que la plupart des paramédicaux en Australie du Sud sont employés par SA Ambulance Service, de nombreuses industries en dehors de la santé engagent à présent leurs services, en particulier dans la défense, l’exploitation minière et lors d’événements. Cette augmentation du nombre de paramédics travaillant dans le secteur privé met en lumière le risque potentiel encouru par le public par des personnes qui ne détiennent pas les qualifications et l’expérience appropriées.

Le gouvernement d’Australie du Sud a approuvé l’introduction d’une législation au Parlement qui rendrait illégal pour quelqu’un d’utiliser le titre de paramédic en Australie du Sud sans les qualifications appropriées. Cela permettra de protéger le public en s’assurant que tous les paramédics travaillant en Australie du Sud, peu importe où ils sont employés, ont les qualifications et la formation afin de fournir des soins médicaux spécifiques qui peuvent être nécessaires.

En vertu de ce projet de loi, sera en infraction toute personne utilisant le titre de «paramédic» à moins de détenir une qualification prescrite. Les cours actuellement accrédités par le Conseil des Autorités ambulancières pour l’emploi comme paramédic en Australie et en Nouvelle-Zélande et les qualifications reconnues par la SA Ambulance Service formeront les normes minimales de formation pour l’emploi comme paramédic dans cet État.

Toute personne qui se présente comme un paramédic sans détenir les qualifications requises sera passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 30,000 dollars.

Les officiers d’ambulance et les bénévoles reçoivent une formation différente des paramédics et ne sont donc pas affectés par ces modifications législatives.

Un tel projet de loi au Québec permettrait de protéger les compétences du paramédics. En voici quelques exemples:

  • Le titre « paramédic » et « technicien-ambulancier » ne pourrait pas être utilisé sans avoir les qualifications.
  • Le transport de patients nécessitant une surveillance médicale et des soins particuliers ne pourrait pas être effectué par transport adapté.
  • Le soutien-technique de nature médicale serait réservé exclusivement aux paramédics.

Si vous avez des suggestions ou ajouts à l’article, n’hésitez pas à laisser des commentaires.