Quel est le rôle des paramédics dans le système de santé canadien?

Contexte

Au nom de l’Association des paramédics du Canada, Abacus a mené une vaste étude nationale en ligne de l’opinion des Canadiens sur les soins de santé et le rôle des paramédics. La taille de l’échantillon était 2181 adultes canadiens et l’enquête a été menée du 9 au 12 Septembre à 12 2016.

Quels sont les problèmes dans le système de santé qui préoccupent le plus les canadiens?

Le délai et la capacité des salles d’urgence, le temps d’attente pour un chirurgie et l’achalandage dans les hôpitaux sont des problèmes dont la majorité ou près de la majorité des canadiens considèrent un grave problème dans le système de santé. L’accès à un médecin de famille est également considéré comme un problème grave par quatre canadiens sur dix.

Comparativement, les soins à domicile, les services de soins de santé gériatriques, la prévention des maladies et le temps de réponse pour une ambulance sont moins susceptibles d’être considérés comme de graves problèmes dans le système.

Perceptions de soins de santé au Canada

Il y avait peu de variation régionale dans les perceptions sur les problèmes, sauf pour:
  • Les québécois étaient plus susceptibles de considérer le temps d’attente dans les salles d’urgence (71%), le taux d’occupation des hôpitaux (65%) et l’accès à un médecin de famille (68%) comme un grave problème.
  • Les britanno-colombiens étaient plus préoccupés par l’achalandage dans les hôpitaux (51% comme problème grave) et l’accès à un médecin de famille (47% comme problème grave).
  • Les canadiens de la région de l’Atlantique étaient plus susceptibles de croire que le temps d’attente pour une chirurgie (61%) et le temps d’attente et la capacité des salles d’urgences (62%) étaient des problèmes graves.

Le sondage a également révélé que les canadiens plus âgés sont plus susceptibles de penser que les problèmes de soins de santé identifiés étaient des problèmes graves au Canada. En particulier, 66% des personnes âgées de 60 ans et plus croient que le temps d’attente pour une chirurgie constituent un problème majeur, 25 points de plus que les personnes âgées de 18 à 29 ans.

2 canadiens sur 3 croient que les paramédics jouent un rôle central dans le système de soins de santé.

On a demandé aux répondants de classer si quelques unes des professions jouaient un rôle central, un rôle important ou un rôle de soutien dans le système de soins de santé.
Dans l’ensemble, 80% des Canadiens croient que les médecins jouent un rôle central suivie par les infirmières autorisées (73%) et le personnel paramédical (66%). Au total, 90% des canadiens croient que les paramédics jouent soit un rôle central ou un rôle important dans le système de santé du Canada.

Les points de vue sur les paramédics sont uniformes dans tout le pays, bien que les canadiens plus âgés et ceux qui ont été traités par un paramédics étaient plus susceptibles de considérer les paramédics comme un rôle central du système de santé.

Rôle des professions dans le système de santé

Les paramédics sont aussi dignes de confiance que les médecins ou les infirmières à prendre des décisions médicales rapidement.

Lorsque demandé dans quelle mesure ils ont confiance envers les médecins, les infirmières et les paramédics à prendre des décisions médicales rapidement au sujet de leur santé personnelle, six canadiens sur dix (61%) ont dit qu’ils avaient une grande confiance envers les paramédics comparativement à 64% pour les infirmières et 70 % pour les médecins.

Encore une fois, ces points de vue ont été fortement liés à l’âge de chacun. Les canadiens plus âgés étaient plus susceptibles de faire confiance aux paramédics à prendre des décisions médicales rapides que les jeunes canadiens. Il n’y avait pas de variation selon la région ou le sexe.

Confiance à prendre des décisions médicales rapides

80% des canadiens appuis le concept de paramédecine communautaire.

Les répondants se sont fait présenté la description suivante de la paramédecine communautaire et on leur a demandé si elles étaient favorables ou défavorables au concept de paramédecine communautaire:

Traditionnellement, les paramédics sont formés pour répondre aux appels d’urgence 911, traiter les patients qui sont malades et / ou blessés et transporter les patients aux salles d’urgence. Cependant, ce ne sont pas tous les patients qui besoin de transport vers une salle d’urgence. Beaucoup ont tout simplement besoin d’une évaluation de base de leur santé, un traitement mineur et une référence vers un service de soins communautaires appropriée ou tout autre service de soins de santé.

La paramédecine communautaire vise à faire participer les paramédics dans des rôles non traditionnels pour aider à la prestation des soins de santé lors de situations urgentes et non-urgentes, ne menaçant pas la vie. En élargissant le rôle des paramédics et en travaillant en collaboration avec des professionnels de la santé et les organismes communautaires, les paramédics peuvent prendre charge des patients qui ne nécessitent pas un traitement immédiat et un transport vers une salle d’urgence.

Dans le cadre d’un modèle de paramédecine communautaire, les paramédics vont continuer à répondre aux urgences médicales ainsi que de fournir des soins médicaux non urgents au sein de la communauté et au domicile des patients.

Dans l’ensemble, 80% des canadiens interrogés nous disent soit fortement en faveur (39%) ou un peu en faveur (41%) l’idée de paramédecine communautaire tel que présenté dans l’enquête. Seulement 3% y sont opposés et les 16% restants ont déclaré qu’ils sont ni en faveur, ni en défaveur.

L’appui à l’idée est uniforme dans tout le pays et est particulièrement populaire chez les femmes – 46% d’entre elles appuient fortement l’idée de paramédecine communautaire.
Appui au concept de paramédecine communautaire

9 canadiens sur 10 pensent que les paramédics devraient être invités à participer à des négociations sur un nouvel accord national sur la santé.

Enfin, on a demandé aux répondants si certains professionnels de la santé devraient être invités à participer aux négociations autour d’un nouvel accord sur la santé entre le gouvernement fédéral et les provinces. Dans l’ensemble, une grande majorité des canadiens croient que les médecins (92%), les infirmières (91%) et les paramédics (90%) devraient être autour de la table.

Qui devrait être à la table des négociations sur l'accord national de la santé?

Les résultats

Les soins de santé demeure une préoccupation majeure pour de nombreux canadiens, en particulier à ce qui a trait aux problèmes de capacité et d’accès dans les salles d’urgence, les hôpitaux et l’accès à un médecin de famille. Compte tenu de ces préoccupations, les canadiens reconnaissent et apprécient le rôle que les paramédics peuvent jouer dans l’amélioration de l’accès et les effets pour les patients canadiens.

Les paramédics au Canada sont bien vus, de confiance et considérées comme essentielles au système de soins de santé. Il n’y a presque pas de résistance à la notion de paramédecine communautaire et un grand nombre de canadiens le soutienne avec enthousiaste, en particulier les femmes qui apprécient la tranquillité d’esprit en sachant que leurs proches seront pris en charge si une situation d’urgence ou une situation médicale se pose.

Compte tenu de la réputation du processus et le rôle que les canadiens voient jouer les paramédics, il ne devrait pas être surprenant que le public pense qu’ils devraient faire partie des discussions nationales sur l’avenir des soins de santé et être invités à faire partie des négociations autour d’un nouvel accord national sur la santé.

Méthodologie

L’enquête, commandée par l’Association des paramédics du Canada, a été menée en ligne auprès de 2181 canadiens âgés de 18 ans et plus du 9 au 12 septembre 2016. Un échantillon aléatoire de panélistes a été invité à compléter le sondage à partir d’un large panel représentatif de plus de 500 000 canadiens, recruté et géré par Research Now, l’un des principaux fournisseurs au monde d’échantillons de recherche en ligne.

L’Association de la recherche et de l’intelligence marketing limite les déclarations sur les marges d’erreur d’échantillonnage pour la plupart des sondages en ligne. La marge d’erreur pour un échantillon comparable probabiliste aléatoire de la même taille est de +/- 2,1%, 19 fois sur 20. Les données ont été pondérées selon les données du recensement pour veiller à ce que l’échantillon correspondait à la population canadienne selon l’âge, le sexe , le niveau d’instruction et la région. Les totaux peuvent ne pas correspondre à 100 en raison de l’arrondissement.

Association des Paramédics du Canada

L’Association des Paramédics du Canada est une organisation professionnelle volontaire de praticiens en paramédecine au Canada. Ses missions est de fournir des soins de qualité pour le public grâce à un leadership dans l’avancement de la profession paramédicale. Pour plus d’informations, contactez Pierre Poirier au pierre.poirier@paramedic.ca ou visitez leur site Web à http://www.paramedic.ca/

Abacus Data Inc.

Nous offrons des capacités de recherche mondiale avec un fort accent sur le service à la clientèle, l’attention aux détails et un aperçu de la valeur ajoutée. Notre équipe combine l’expérience de notre président Bruce Anderson, un des cadres de recherche de pointe au Canada depuis deux décennies, avec l’énergie, la créativité et la recherche expertise du chef de la direction David Coletto, Ph.D. Pour plus d’informations, visitez notre site Web à http://www.abacusdata.ca/

Abacus PAC survey 2016


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire